dimanche 3 juillet 2016

Vacances III

Nous sommes de retour, mais je joue un peu les prolongations avec une photo prise lors d'un coucher de soleil. 
Je n'arrive toujours pas à mettre en mots le sentiment étrange que je ressens à chaque fois que je me laisse emporter par cette composition d'éléments à la fois éthérés et lumineux au milieu desquels surgit une rose trémière qui semble tellement vaillante qu'on en oublie presque son apparente fragilité. 
Belle semaine !



lundi 27 juin 2016

Vacances

Bonjour !
Nous sommes en vacances du côté de l'Atlantique. Le temps n'est pas celui qu'on aurait pu espérer, mais c'est pas la cata non plus.
J'ai pris quelques photo, et celle-ci m'a fait penser à une citation célèbre.
Belle semaine !


vendredi 17 juin 2016

Confidence VI

Souvent on pense que l'ombre c'est chez les autres et que la lumière c'est pour nous.
Souvent on se dit que si les autres se donnaient davantage de peine, notre vie s'en verrait améliorée.
Souvent on se dit que ce serait plus simple si les autres admettaient une fois pour toutes que c'est nous qui avons raison et que eux, ben..... ils ont tort !
Oui, mais... quand on creuse un peu, on finit par se rendre compte que c'est pas tout-à-fait ça quand même.
Alors il faut l'avouer, ce genre de creusage, c'est pas super confortable. On a vite fait de gratouiller là où ça écorche notre estime personnelle. Pour ma part, je dois admettre que ce genre de face à face avec des zones d'ombre que j'aurais préféré laisser là où elles étaient me laisse un petit goût amer. Se reconnaître en toute conscience dans nos imperfections, c'est pas très glorieux ni enthousiasmant. Mais éviter ce genre de rencontre, c'est aussi éviter de s'accepter dans notre totalité, dans notre unicité. En fait, on se coupe d'une part de soi qui est pourtant révélatrice de ce qui fait notre force humaine : notre capacité à porter à la lumière ce qui nous empêche de vivre pleinement notre relation à nous-même et aux autres. Parce qu'il faut bien l'avouer, une fois que nous avons exposé à la pleine lumière de notre conscience ces petites choses qui nous chiffonnent, c'est comme si nous leur permettions d'exister afin que nous puission rectifier le tir et ça, qu'est-ce que c'est libérateur !
J'ai fait plusieurs expériences de ce genre ces derniers temps. Je dois admettre que mon travail de spéléologie n'a pas été de tout repos et que parfois j'ai failli reculer avant d'avoir atteint mes cavernes intérieures. Eh ! c'est que j'ai quand même ma fierté personnelle et mes découvertes m'ont souvent laissée songeuse.
Alors voilà, j'y retourne encore de temps en temps. La galerie est devenue plus large et plus facile d'accès. Cest toujours une petite victoire que de ramener à la surface des trucs qui, une fois dépouillés de l'obscurité de leur existence, sont beaucoup moins effrayants que lorsqu'ils sont tapis dans l'ombre. Finalement j'éprouve de la tendresse pour ces parties de moi révélatrices de blessures intimes souvent ignorées. J'en prends soin jusqu'à ce qu'elles se transforment en perles lumineuses que j'accroche dans mon coeur.



Sur la photo de ma page, une rosace de la cathédrale de Strasbourg que je suis allée visitée il y a deux semaines.





Je ne sais pas comment c'est chez vous, mais par ici, l'été peine à s'installer. 
Je vous souhaite tout de même de savourer chaque instant et d'illuminer vos journées avec tous vos soleils intérieurs !

samedi 28 mai 2016

Confidence V

Je ne m'étais pas aperçu que j'étais restée silencieuse si longtemps. Le temps file, mais je ne vous apprends rien. Je n'ai pratiquement pas scrapé ces dernières semaines, mis à part quelques cartes, des décos de tables pour les 60 ans de mariage de mes beaux-parents, des badges et des tourniquets pour les 60 enfants de la première communion. Par contre, j'ai beaucoup lu, chanté dans un choeur, tricoté, trafiqué dans et autour de la maison, rangé, trié.

La page que j'ai faite hier est à l'image de ce qui se passe dans ma vie, des options que je privilégie pour apprivoiser la paix, la sérénité, le détachement. A force d'être bousculée de toutes parts, le risque est de rester en plusieurs morceaux, de perdre son unicité, de ne plus savoir qui je suis et pourquoi je vis. Je suis occupée à débusquer mes cinémas intérieurs et à les remplacer par une attention au moment présent. C'est un apprentissage éprouvant, de tous les instants, qui suppose à la fois vigilance, douceur avec soi et prises de conscience de réalités intérieures pas toujours glorieuses.

Notre fille a planté deux pommiers l'automne dernier et les premières fleurs sont à la fois super belles et remplies de la symbolique de la vie porteuse de promesses.

Bon week-end !




dimanche 20 mars 2016

Confidence IV

Trop souvent, j'agis comme si chaque jour de ma vie était une évidence, comme si chaque lendemain m'était promis. Alors j'oublie de vivre en pleine conscience, je laisse filer les jours sans vraiment apprécier ce souffle qui m'habite et j'imagine que j'ai l'éternité pour exprimer quotidiennement ma gratitude d'être vivante. 
Lorsque je prends conscience de tous ces instants dérobés, livrés imprudemment à une morosité gourmande qui se déploie et prend ses aises pour peu que je lui en donne l'occasion, j'ai envie de prendre mon existence à bras le corps, de lui donner l'épaisseur qu'elle mérite et de rendre grâce au Divin qui m'en fait cadeau.






Trop souvent, j'oublie que la mort peut venir à tout moment
me retirer de la surface de la terre.
Trop souvent, j'oublie de vivre mon existence à plein temps.
Trop souvent, je traverse les heures sombres sans distinguer
ces particules de lumière dansant comme des poussières d'étoile
qui ne laissent jamais mes ombres se confondre avec une totale obscurité.
Trop souvent, j'oublie que de se perdre dans les regrets et les
tourments stériles, c'est déjà mourir un peu.



samedi 12 mars 2016

Pour Jade

A l'occasion de la naissance de Jade, j'avais déjà offert un petit truc à ma soeur propulsée à l'état de grand-mère. Mes dernières bricoles sont maintenant pour ce petit trésor.


Encore une trousse et une corbeille dans une version étoile





L'inspiration du mobile provient de Pinterest, mais c'est pas facile à prendre en photo un mobile qui est.... mobile !


Je vous souhaite un tout beau week-end !

dimanche 6 mars 2016

Confidence III

Trop souvent, je manque de confiance en moi et je traverse ma vie en oubliant que je suis venue au monde avec, à l'intérieur de moi, tout ce qu'il me faut pour faire face à chaque événement qui survient, quel qu'il soit. Trop souvent, le doute me pousse à la résignation, à me dire à quoi bon insister, laisse tomber. Mais, à travers des expériences de vie, j'ai pris conscience qu'au fond de chacun de nous existe un trésor composé d'une multitude de ressources souvent ignorées, oubliées, ternies d'avoir été trop longtemps abandonnées dans l'ombre. Parmi elles se trouvent la force et la volonté d'avancer encore un peu, d'aller jusqu'au bout puis de finalement lâcher en se disant "J'ai fait ce que je devais".
Ma troisième confidence, c'est que je n'ai plus envie de vivre par procuration alors j'ose enfin sortir de mon coffre à trésor toutes les richesses déposées là depuis le jour de ma naissance, pour les offrir à la lumière de la vie.

Sur ma page, c'est une photo de Maëlle complètement absorbée par ses coloriages.
Je vous souhaite un très beau dimanche et une excellente semaine.






"N’oublie pas de prendre soin de tous ces petits trésors qui sont en toi,
qui  n’appartiennent qu’à toi, qui font que tu es unique et précieuse."




mercredi 24 février 2016

Pour Flavie

Flavie, troisième de la fratrie, a fêté au début de ce mois, ses (déjà ?) 27 ans.

Pour l'occasion, je lui ai cousu un set de beauté auquel j'ai ajouté un lait démaquillant et un tonique de production biologique.

Le tissu éponge des lingettes provient de la récupéraiton de linges de bain qui rappelle ainsi à notre fille le temps de quand elle était encore à la maison.








Petit détour par la cuisine. L'autre jour, j'ai eu envie de refaire le fameux granola dont tout le monde raffole. Du coup, je multiplie la recette et je distribue !

Tant qu'à faire, autant manger des trucs sympa pour la santé et ce granola est tellement bon, qu'on a vraiment pas l'impression de manger diététique, mais plutôt de succomber à une tendre gourmandise.
A manger tel quel, ou mélangé à du yogourt, ou dans du lait, ou mélangé à des fruits frais ou cuits....









La recette, je l'ai trouvée là-dedans. L'essayer, c'est l'adopter !!!



400 g de flocons de céréales
80 g de graines de tournesol
2 cs de graines de courge
2 cs rases de graines de sésame
2 cs rases de graines de lin
100 g d'amandes entières
50 g de noisettes
4 cs de miel liquide
12 cl d'huile neutre
2 cs de sucre en poudre
extrait de vanille
4 cs de raisins secs (ou plus selon votre goût)
quelques abricots secs, figues ou autres fuits secs que vous aimez

- Préchauffez le four à 160 °
- Mélangez dans un grand saladier les flocons de céréales, les graines, les amandes et les noisettes
- Dans une casserole, faites fondre le miel avec l'huile, le sucre quelques gouttes d'extrait de vanille 
  et 12 cl d'eau. Portez à la limite de l'ébullition puis versez dans le saladier. Mélangez bien.
- Versez ce mélange dans une plaque allant au four et faites dorer 15 mn, mélangez. Abaissez la 
   température à 140° et laissez cuire encore 15 mn : le granola doit être bien doré
- Eteignez le four et laissez-le reposer au moins 2 heures
- Découpez alors les abricots secs, figues, etc.,  en morceaux et ajoutez-les. Servez avec du lait, du 
  fromage blanc ou du yaourt.




samedi 20 février 2016

CONFIDENCE II

Vos mots m'ont beaucoup touchée, émue, réconfortée et rassurée.
Merci du fond du coeur de chacun de vos commentaires.

J'ai toujours préféré l'option de la parole plutôt que du silence ou de l'attitude de l'autruche qui consiste à refuser d'affronter la réalité dans l'idée ou l'espoir que les choses changeront d'elles-mêmes.
La parole permet de mettre des mots sur nos peines et nos chagrins et lorsque les mots sont posés, la gentillesse de nos proches ou parfois de personnes plus éloignées, voir inconnues,  a alors une chance de s'exprimer et de nous apporter le réconfort dont nous avons besoin. C'est aussi donner une chance à l'autre de libérer un pouvoir inestimable, celui de faire preuve de bienveillance et de d'empathie.

Je continue de penser que, malgré des apparences souvent trompeuses, l'être humain reste capable de belles et grandes choses et que c'est dans sa nature d'être bon.

Mais il ne faut surtout pas oublier de célébrer la vie lorsqu'elle nous offre des moments de bonheur, de joie, lorsque nos espoirs et nos rêves sont bien trop grands pour rester dans le silence.

Et puis, je continue à préférer les partages sur mon blog plutôt que sur Facebook. Je ne sais pas pour quelle raison, l'endroit me semble plus intime, je m'y sens davantage "chez moi".

Il n'y a pas très longtemps, j'ai pris conscience que je n'avais pas à jouer un rôle pour plaire ou faire ce que l'on attend de moi. Etre vrai, c'est parfois prendre le risque de déplaire, mais c'est encore bien plus risqué que de vouloir plaire en oubliant qui on est. Ca, c'est ma deuxième confidence. C'est élémentaire, je le sais bien, mais c'est difficile d'oublier d'être gentil lorsque la situation appelle une autre attitude et qu'on a oublié comment on fait pour rester proche de soi et se respecter.

Hier, Emilie n'était pas très en forme et j'ai accueilli quelques heures sa petite famille pour qu'elle puisse se reposer. J'en ai profité pour prendre des photos des loulous en pleine application artistique.
Le petit caractère de Léandre colle vraiment bien aux propos que je viens d'écrire.

Je vous souhaite une belle soirée et un très très beau dimanche.




Tu refuses d’entrer dans le moule ? Tant mieux !
Tu veux rester fidèle à ce qui fait de toi un petit garçon original ? Tant mieux !
Surtout, n’écoute jamais ceux qui te découragent et qui te font croire que pour plaire il faut oublier qui tu es.



mercredi 17 février 2016

CONFIDENCE I

Depuis plus de trois ans, ce qui était évident ne l'est plus, ce qui était dans l'ordre des choses ne l'est plus, ce qui semblait acquis s'est dissout.

Depuis plus de trois ans, je fais l'expérience de la mort brutale et injuste qui s'approprie une histoire inachevée d'à peine 20 ans, d'une histoire d'amour soudainement fragile dont il faut prendre soin, de diagnostiques médicaux effrayants brutalement posés, de la souffrance, puis du décès, encore, d'un des nôtres et de l'apprivoisement, jour après jour, d'une maladie improbable et errante qui s'est insinuée dans la vie de la chair de ma chair à l'âge où on ne devrait pas avoir à vivre au quotidien avec cette pénible réalité.

Le sens de la vie n'est alors plus tout-à-fait le même, il faut réapprendre ce que l'on savait à la lumière de l'expérience, ça change tout. Tout est déformé, le doute prend la place des certitudes, la peur celle de la confiance. Dans la tête, ça tourne alors que dans le coeur ça ralentit, et parfois ça gémit.

La vie devient alors urgente, il faut comprendre ce qu'il y a à comprendre et abandonner au mystère ce qui ne peut pas l'être. Les réflexions s'enchaînent, les priorités prennent une forme nouvelle. Mais ça ne se fait pas tout seul, c'est lent, ardu, on n'y croit plus et soudain une lumière s'allume, puis une autre. Des évidences se hissent péniblement au niveau de la compréhension et, fragiles encore, bousculent néanmoins la tristesse et le découragement.

Vous est-il déjà arrivé de prendre de la distance et de vous observer alors que vous vous agitez avec des doutes et des peurs, justifiés peut-être mais complètement inutiles, avec la furieuse envie de réintégrer la vie, la vraie, celle qui vous pousse en avant ? Cela m'est arrivé il y a peu et c'est ma première confidence. D'autres suivront.

La photo de ma page date de décembre. Oui, nous avons eu des journées magnifiques avant Noël, ce n'est pas courant dans un pays où la neige se pointe souvent en novembre déjà. Pour ce jour-là, j'ai reçu la consigne de me tenir prête à 9h00 du matin et de m'habiller pour une activité à l'extérieure.
Mes enfants avaient décidé que nous fêterions mon anniversaire sur lequel nous avions fait l'impasse en octobre. Deux équipes se sont mises en place. L'équipe cuisine composée de Flavie, Emilie et Arnaud ont pris possession de ma cuisine et l'équipe animation dans laquelle on retrouve celles qui ne vibrent pas au mot de "cuisine", Chloé et Morgane. Maëlle, le numéro trois de mes petits-enfants nous a accompagnées. Que du bonheur. Les filles m'ont fourré une étrille dans une main, puis expédiée dans le boxe d'Houdina avec la mission de la brosser jusqu'à ce qu'elle brille. Là, il y a eu du boulot. Ensuite, elles ont sellé l'animal rutilant et m'on aidée (et oui, je n'ai plus 20 ans non plus) à prendre place sur ma monture. Et nous voilà parties pour une balade géniale d'une heure et demi. J'ai même tenté des petits trots et poussé la chansonnette à plusieurs reprises au grand désespoir de Morgane ! A mon retour, tout le monde était à la maison et, à la manière des irréductibles Gaulois, nous avons terminé l'aventure autour de la table de la cuisine. Que demander de plus ? Rien, parce que ce genre de bonheur, ça ne s'invente pas, ça se vit à fond, ça se partage et se boit comme du petit lait. Je suis chanceuse d'avoir autour de moi des personnes qui ont à coeur de me faire autant plaisir.

Je suis bien bavarde aujourd'hui, mais je pense que la guérison passe aussi par la parole et le partage des instants de vie pénibles. A tout vouloir garder en soi, on retire à la vie, peu à peu, toute sa saveur, toute sa valeur. On s'enferme dans une non-vie qui n'est pas digne du cadeau qui nous est offert chaque jour.

Merci de m'avoir lue jusque là et merci à toutes celles et ceux qui se reconnaîtront et qui sont pour moi des personnes précieuses, des cadeaux de la vie.




Etre juste là et savourer sans
 se poser de questions l’instant
 qui s’offre, le bonheur de
 savoir que ce moment est
un moment d’exception.


mardi 16 février 2016

Trousse rectangle

Pour ma belle-soeur cette fois, un autre modèle pour un autre usage.
J'aime bien l'utilisation de tissu enduit, même si c'est un peu plus difficile à dompter.
J'ai conjugué mon amour de la couture avec celui des citations.

Belle fin de semaine et merci de vos sympathiques commentaires et de votre fidèle amitié.




dimanche 14 février 2016

cadeau de grand-mère....

Ma soeur est devenue grand-maman le 21 janvier 2016. Bienvenue à Jade !
A cette occasion, j'ai confectionné deux petites choses pour une grand-maman comblée.
Ces derniers temps, je passe beaucoup plus de temps autour de ma machine à coudre qu'autour de ma table de scrap, mais c'est juste histoire de revenir à une de mes premières passions.





samedi 23 janvier 2016

Des tomates pour Maëlle

Les tissus étaient coupés depuis longtemps déjà, maintenant je les ai assemblés en espérant qu'entre-temps la demoiselle n'ait pas trop grandi.... sinon ce sera pour ses soeurs.
Le patron provient de chez Scarlett et Marguerite




mardi 19 janvier 2016

La première

Première page, avec la première neige tombée en novembre 2015.

C'est pas souvent que nos cinq enfants sont sur la même photo...


dimanche 17 janvier 2016

cadeaux de cartes

A 10 femmes que j'ai le bonheur de côtoyer dans ma vie, qu'elles soient de ma famille, de mon voisinage ou des collègues de travail j'ai offert des sets de cartes pour qu'elles puissent dirent à d'autres personnes combien elles sont importantes dans leur vie.

Au moment de prendre les photos, je n'avais terminé que 7 séries.









Je me suis fait plaisir avec les dernières nouveauté "4 en scrap".

Et voici le modèle de carte utilisé pour leur dire qu'elles sont importantes pour moi.



vendredi 1 janvier 2016

En 2016....

Une année chasse l'autre, à chaque fois nous espérons que la nouvelle venue sera plus ceci, moins cela, qu'elle nous apportera ce qu'elle avait oublié lors de la précédente édition ou octroyé en trop petite quantité. Nous la supplions secrètement de laisser les prochains mois s'écouler en nous épargnant du malheur, des déceptions, du chagrin, de la tristesse.

C'est un peu comme si le fait de s'engager dans les 12 prochains mois chapeautés par un chiffre plus élevé augmentait  nos chances de disposer de nouvelles technologies bien plus performantes qui nous permettraient de crapahuter avec l'assurance que notre vie sera plus belle.

Finalement, notre vie sera ce que nous voudrons bien en faire et ce que je vous souhaite, c'est d'être les créateurs infatigables de votre monde quoi qu'il arrive.

Je vous souhaite d'être des créateurs de Bonheur, d'Amour, d'Amitié, de Tendresse, de Bienveillance, de Joie.

Je vous souhaite d'être des créateurs de Lumière qui ne laisse jamais rien dans l'ombre avec un goût d'inachevé.

Je vous souhaite de ne pas laisser le dernier mot au mal, au malheur, à l'angoisse, à la peur, au doute.

Je vous souhaite d'inventer chaque jour un monde auquel vous serez fiers d'appartenir.

Je vous souhait d'être heureux avec les toutes petites choses que nos yeux blasés pourraient ne pas voir.

Soyez bons envers les autres, soyez bons envers vous-même.

Belle et douce journée.

Marie-Pierre