samedi 25 février 2017

La réalité ?

Première page de l'année, une photo prise dimanche dernier d'un endroit que j'affectionne beaucoup.
Quelque soit la saison, le temps qu'il fait, la magie opère.

Le journaling, je l'ai tiré du dernier livre que j'ai lu et beaucoup aimé : "Ce qu'elle ne m'a pas dit" d'Isabelle Bary. Il me correspond, je n'avais pas besoin d'inventer autre chose. Quand les autres parlent pour nous avec les mots qui nous rejoignent juste au bon moment, au bon endroit, inutile d'en rajouter, sous peine d'en dire trop et de tout gâcher.

Beau week-end, merci de votre accueil.






"Ce n'est pas la réalité qui cause nos pires cauchemars mais l'écart qui sépare cette réalité de la fièvre de notre imaginaire."

vendredi 24 février 2017

Et bien...

si je vous disais que le temps passe trop vite, vous me répondrez que c'est pas vraiment une excuse, il passe à la même vitesse pour chacun d'entre nous.
Si je vous disais que vous m'avez manqué, ce ne serait que pure vérité.
Si je vous disais que je reviens pour de bon, ce serait un peu osé.
Je vous dis juste que j'éprouve à nouveau l'envie de partager cette si belle passion et que je souhaite du fond du coeur ne plus faire de si longues pauses.

La page date de septembre dernier et depuis, plus rien.

On dira que c'est un retour en douceur avec notre chipie familiale.

Beau week-end.


dimanche 3 juillet 2016

Vacances III

Nous sommes de retour, mais je joue un peu les prolongations avec une photo prise lors d'un coucher de soleil. 
Je n'arrive toujours pas à mettre en mots le sentiment étrange que je ressens à chaque fois que je me laisse emporter par cette composition d'éléments à la fois éthérés et lumineux au milieu desquels surgit une rose trémière qui semble tellement vaillante qu'on en oublie presque son apparente fragilité. 
Belle semaine !



lundi 27 juin 2016

Vacances

Bonjour !
Nous sommes en vacances du côté de l'Atlantique. Le temps n'est pas celui qu'on aurait pu espérer, mais c'est pas la cata non plus.
J'ai pris quelques photo, et celle-ci m'a fait penser à une citation célèbre.
Belle semaine !


vendredi 17 juin 2016

Confidence VI

Souvent on pense que l'ombre c'est chez les autres et que la lumière c'est pour nous.
Souvent on se dit que si les autres se donnaient davantage de peine, notre vie s'en verrait améliorée.
Souvent on se dit que ce serait plus simple si les autres admettaient une fois pour toutes que c'est nous qui avons raison et que eux, ben..... ils ont tort !
Oui, mais... quand on creuse un peu, on finit par se rendre compte que c'est pas tout-à-fait ça quand même.
Alors il faut l'avouer, ce genre de creusage, c'est pas super confortable. On a vite fait de gratouiller là où ça écorche notre estime personnelle. Pour ma part, je dois admettre que ce genre de face à face avec des zones d'ombre que j'aurais préféré laisser là où elles étaient me laisse un petit goût amer. Se reconnaître en toute conscience dans nos imperfections, c'est pas très glorieux ni enthousiasmant. Mais éviter ce genre de rencontre, c'est aussi éviter de s'accepter dans notre totalité, dans notre unicité. En fait, on se coupe d'une part de soi qui est pourtant révélatrice de ce qui fait notre force humaine : notre capacité à porter à la lumière ce qui nous empêche de vivre pleinement notre relation à nous-même et aux autres. Parce qu'il faut bien l'avouer, une fois que nous avons exposé à la pleine lumière de notre conscience ces petites choses qui nous chiffonnent, c'est comme si nous leur permettions d'exister afin que nous puission rectifier le tir et ça, qu'est-ce que c'est libérateur !
J'ai fait plusieurs expériences de ce genre ces derniers temps. Je dois admettre que mon travail de spéléologie n'a pas été de tout repos et que parfois j'ai failli reculer avant d'avoir atteint mes cavernes intérieures. Eh ! c'est que j'ai quand même ma fierté personnelle et mes découvertes m'ont souvent laissée songeuse.
Alors voilà, j'y retourne encore de temps en temps. La galerie est devenue plus large et plus facile d'accès. Cest toujours une petite victoire que de ramener à la surface des trucs qui, une fois dépouillés de l'obscurité de leur existence, sont beaucoup moins effrayants que lorsqu'ils sont tapis dans l'ombre. Finalement j'éprouve de la tendresse pour ces parties de moi révélatrices de blessures intimes souvent ignorées. J'en prends soin jusqu'à ce qu'elles se transforment en perles lumineuses que j'accroche dans mon coeur.



Sur la photo de ma page, une rosace de la cathédrale de Strasbourg que je suis allée visitée il y a deux semaines.





Je ne sais pas comment c'est chez vous, mais par ici, l'été peine à s'installer. 
Je vous souhaite tout de même de savourer chaque instant et d'illuminer vos journées avec tous vos soleils intérieurs !

samedi 28 mai 2016

Confidence V

Je ne m'étais pas aperçu que j'étais restée silencieuse si longtemps. Le temps file, mais je ne vous apprends rien. Je n'ai pratiquement pas scrapé ces dernières semaines, mis à part quelques cartes, des décos de tables pour les 60 ans de mariage de mes beaux-parents, des badges et des tourniquets pour les 60 enfants de la première communion. Par contre, j'ai beaucoup lu, chanté dans un choeur, tricoté, trafiqué dans et autour de la maison, rangé, trié.

La page que j'ai faite hier est à l'image de ce qui se passe dans ma vie, des options que je privilégie pour apprivoiser la paix, la sérénité, le détachement. A force d'être bousculée de toutes parts, le risque est de rester en plusieurs morceaux, de perdre son unicité, de ne plus savoir qui je suis et pourquoi je vis. Je suis occupée à débusquer mes cinémas intérieurs et à les remplacer par une attention au moment présent. C'est un apprentissage éprouvant, de tous les instants, qui suppose à la fois vigilance, douceur avec soi et prises de conscience de réalités intérieures pas toujours glorieuses.

Notre fille a planté deux pommiers l'automne dernier et les premières fleurs sont à la fois super belles et remplies de la symbolique de la vie porteuse de promesses.

Bon week-end !